Comprendre et apprendre à apprivoiser

aux mieux

ses émotions

Spécial

Covid

Tout d’abord qu’est-ce qu’une émotion ?

L’émotion vient du mot latin « emovere » qui veut dire « mettre en mouvement ».

Elle fonctionne comme un thermostat, elle exprime un déséquilibre et nous met en mouvement.
Il s’agit d’un signal corporel qui nous indique qu’il se passe quelque chose d’important que l’on doit entendre afin d’agir pour revenir à l’équilibre.

 

Pour comprendre la notion d’émotion, il faut tout de même être capable de la distinguer des autres notions qui sont similaires. Par exemple on a souvent tendance à penser qu’une émotion est un sentiment. Alors qu’il existe une réelle différence entre chacun de ces termes :

 

Une émotion est un phénomène affectif passager, qui ne dure guère plus que quelques minutes et qui s’accompagne de forts bouleversements physiologiques. Un sentiment est un phénomène affectif qui peut se prolonger (parfois à vie) et qui se produit principalement dans le mental, avec un peu ou pas de répercussions sur le corps. Cf Yves-Alexandre Thalmann professeur en Psychologie.

 

L’émotion est un véritable mécanisme de traitement de l’information extrêmement rapide, implanté en nous à une époque immémoriale en vue d’assurer la survie.

Les émotions sont en réalité là pour nous faire du bien.

 

Il n’existe aucune émotion négative, pas plus qu’il n’existe de voyants lumineux négatifs sur un tableau de bord : tous ont leur fonction et tous sont utiles ! Certains sont désagréables et on préférerait qu’ils ne s’allument pas, mais ils restent utiles à la bonne marche du véhicule. De même, on préférerait être épargnés par certaines émotions, mais il n’en reste pas moins qu’elles sont utiles à notre bon fonctionnement. 

 

Qu’est-ce que nous apportent les émotions de manière concrète ?

  1. Elles nous rendent vivants.

  2. Elles nous permettent de vivre ensemble, elles sont le ferment de notre vie sociale.

  3. Elles servent à communiquer.

  4. Elles nous permettent d’évoluer.

 

De manière encore plus simple, les émotions agréables viennent signaler que nos BESOINS sont satisfaits, alors que les émotions désagréables sont le signal qu’un ou plusieurs besoins sont insatisfaits.

 

Il s’agit d’une des théories les plus célèbres dénommée la « théorie des besoins » inventée par Abraham Maslow. Avec sa pyramide des besoins, Maslow cherche à hiérarchiser les besoins humains. Cette pyramide postule qu’il faut satisfaire les besoins en commençant par le bas de l’édifice et monter graduellement les étages.

 
Pyramide des besoins Abraham Maslow Spécial COVID  Valérie ALEGRE Hypnose Psycho-énergétique 78

Il faut d’abord satisfaire ses besoins physiologiques (faire marcher la machine biologique), puis se mettre en sécurité, s’inscrire dans des groupes d’appartenance (ne pas être livré à soi-même), obtenir de la reconnaissance de la part d’autrui et enfin s’épanouir (se réaliser pleinement).

Impacts des émotions sur le corps

"Ce qui ne s'exprime pas en mots s'imprime
et s'exprime alors en maux"
Anne Ancelin Schützenberger, psychothérapeute

 

Une émotion trop forte, si elle est refoulée, va s’exprimer par le biais du corps.

 

Les émotions relient le psychologique au physiologique. Elles correspondent à un état d’âme qui s’ancre dans le corps à travers différentes réactions biologiques.

Les émotions ont cette particularité à affecter tout notre corps. Elles peuvent même avoir une répercussion sur notre santé.

Il est donc souhaitable de favoriser l'expression au-delà de l'émotion, ou du retentissement. Cette pratique permettra d'éviter quelques somatisations, du stress et de l'angoisse.

La psychosomatique, ou somatisation, n'est ni plus, ni moins qu'une transformation interne où une émotion psychique devient une douleur physique.

 

La somatisation constitue un moyen pour l’organisme de se protéger d’une souffrance psychologique.  

 

Comment se traduisent-elles sur votre organisme ? Quand vous avez peur, que vous êtes en colère, par exemple, il peut vous arriver de le ressentir au niveau de la respiration qui s’accélère ou s’arrête ; ou encore au niveau du cœur. Celui-ci s’accélère, se serre, frappe contre la poitrine.


Certaines réactions sont quant à elles invisibles comme par exemple votre activité électrodermale (l’activité électrique à la surface de la peau) qui s’amplifie lors d’une émotion intense et influence vos prises de décision.

 
Les émotions et ses manifestations corporelles. Les émotions relient le psychologique au physiologique. Elles correspondent à un état d’âme qui s’ancre dans le corps à travers différentes réactions biologiques.  Les émotions ont cette particularité à affecter tout notre corps. Elles peuvent même avoir une répercussion sur notre santé.  Il est donc souhaitable de favoriser l'expression au-delà de l'émotion, ou du retentissement. Cette pratique permettra d'éviter quelques somatisations, du stress et de l'angoisse.  La psychosomatique, ou somatisation, n'est ni plus, ni moins qu'une transformation interne où une émotion psychique devient une douleur physique. Comprendre et accompagner ses émotions Valérie ALEGRE Hypnose Psycho-énergétique 78

La «carte corporelle des émotions » établie par des chercheurs finlandais. Leurs travaux, publiés fin décembre 2013 dans les compte rendus de l'Académie des sciences américaine (PNAS), confirment notamment que les principales émotions humaines, que sont la peur, la tristesse ou le bonheur, sont ressenties physiquement de la même façon pour tous, quelle que soit la culture d'origine de l'individu.

Pour en savoir +

 

Les 4 émotions principales dites « fondamentales »

 

Les émotions fondamentales possèdent une expression faciale caractéristique et universelle ; celles-ci sont innées à chaque bébé, peu importe le lieu de sa naissance. Ces émotions sont au nombre de quatre : la peur, la colère, la tristesse et la joie.


Les sentiments eux sont des déclinaisons des émotions.
Par exemple pour la peur, cela peut aller de la légère déception à la terreur. Ce sont des sentiments qui sont des déclinaisons des émotions réelles.

L’amour n’est pas considéré comme une émotion de base. Non seulement ce ressenti ne s’exprime pas de façon univoque sur le visage (il n’y a pas d’expression faciale caractéristique chez l’amoureux), mais surtout il est lui-même composé de plusieurs émotions : la tendresse, l’attirance, la joie, le désir, l’attachement, l’appréhension, etc.

Les émotions fondamentales possèdent une expression faciale caractéristique et universelle ; celles-ci sont innées à chaque bébé, peu importe le lieu de sa naissance. Ces émotions sont au nombre de quatre : la peur, la colère, la tristesse et la joie. .Langage non verbal Spécial COVID comprendre et accompagner ses émotions Valérie ALEGRE Hypnose Psycho-énergétique 78
 

Gérer ses émotions : commençons par connaître leurs origines.

 

La première chose à avoir en tête pour apprendre à gérer ses émotions désagréables c’est qu’il faut s’enlever de ta tête tous les a priori que nous avons pu avoir vis-à-vis des émotions. Cela est associé aux VIEILLES CROYANCES sociales que nous avons pu avoir comme le fait de penser qu’un homme, un vrai ne pleure pas. Ou encore qu’une femme ne devrait pas se mettre en colère, que les lâches sont les seuls à avoir peur, ou qu’il faut éviter à tout prix de montrer sa joie en public. Mais le fait est que tout cela est FAUX.

 

Une autre croyance classique qui est fausse c’est de penser que les émotions sont le résultat d’un manque d’intelligence :

Pour beaucoup d’entre nous, les émotions appartiennent à notre côté irrationnel, irréfléchi et impulsif. Tout l’inverse de l’intelligence ! Mais les scientifiques ont su prouver le contraire. Les émotions, loin de perturber les prises de décision, les rendent plus efficaces. Elles recèlent des informations utiles pour permettre à l’individu de s’adapter au mieux à son environnement.  D’où le concept d’intelligence émotionnelle inventé par Daniel Goleman.

 

unnamed.png
Peur copie.png
106996-full.png
107529-full.png

Les origines des quatre émotions principales :

 

La colère :

L’origine de la colère vient du sentiment d’avoir subi un dommage. C’est le sentiment d’avoir subi un irrespect ou une injustice.

Il peut s’agir là de sentiments réels ou imaginaires !

Notre émotion peut être aussi forte qu’ily ait vraiment quelqu’un qui nous manque de respect ou que nous imaginions que la

personne nous manque de respect alors qu’il n’en est rien.

 

La peur :

L’origine de la peur vient du sentiment d’être devant un danger réel ou imaginaire.

La peur, elle, est réelle ! Il est donc important de ne pas nier les émotions des personnes, puisqu’elles sont réelles.

Ce que l’on peut apprendre à faire, c’est vérifier si le fait est réel.

 

La tristesse :

L’origine de la tristesse vient du sentiment réel ou imaginaire d’une perte. Quelque chose qui ne sera plus jamais comme avant…

 

La joie :

Le sentiment de perfection, de plénitude, d’être dans un espace où tout est parfait, où tout est exceptionnel.

Rôle de chaque émotion

Rôle des émotions Spécial COVID comprendre et accompagner ses émotions Valérie ALEGRE Hypnose Psycho-énergétique 78
Rôle des émotions Spécial COVID comprendre et accompagner ses émotions Valérie ALEGRE Hypnose Psycho-énergétique 78
 

Apprendre à apprivoiser ses émotions

 

Comme nous l’avons vu précédemment les émotions servent à identifier nos besoins. Elles servent aussi à nous positionner, à adopter un comportement d’acceptation ou de rejet. Elles expriment nos sensations.

 

Si nous reconnaissons que toutes nos émotions sont utiles, alors nous les traiterons avec plus de tolérance. Et nous les exploiterons avec plus de facilité.

 

1/ Reprogrammer son cerveau en enlevant NOS ANCIENNES CROYANCES sur les émotions et en les remplaçant par des croyances positives. Voici quelques croyances à se répéter en situation de panique :

  • Je contrôle la situation.

  • Je garde mon calme.

  • Tous ces symptômes (mal de tête, sensation de malaise, cœur qui bat rapidement…) ne sont que des signes donnés par le cœur pour me protéger de mes peurs.

  • Je sais gérer mes émotions et je suis fort(e).

  • Oui, je peux le faire.

  • Je sais gérer cette situation positivement.

  • Je suis maître de mes émotions.

2/ Relativiser les situations : cesser d’extrapoler les choses et de penser que tout ce qui arrive est grave. C’est notamment le cas de la colère. Que faire ? Remplacer nos pensées automatiques en reconnaissant que la plupart de nos émotions sont le fruit d’interprétations et que de ce fait nous avons le pouvoir d’être objectifs ou bien d’interpréter les choses de manière positive.
 

3/ Accepter de vivre ses émotions : autrement dit, n’essayons pas de limiter l’intensité de nos émotions en les cachant ou en les réduisant au silence. Appliquer l’ACT, l’acceptation de l’émotion, plutôt que le jugement ou le contrôle du ressenti. Cette démarche a montré son utilité dans la thérapie de divers troubles psychiques, notamment la dépression et les angoisses. On peut donc commencer par employer des formules simples, mais efficaces comme « c’est OK » ou « c’est ce que je vis maintenant ».

4/ Appliquer ce qu’on appelle en anglais le mindfulness, « la pleine conscience » : c’est-à-dire le fait de donner toute son attention à l’expérience présente. Au lieu de commenter ce que l’on vit, soyons dans le ressenti. Soyons dans « l’être» plutôt que dans le «faire».

5/ Se détendre : il est scientifiquement prouvé que détendre la musculature sous le coup de l’émotion diminuera automatiquement son intensité.

6/ Se forcer à sourire :  les émotions produisent des expressions faciales. Mais l’inverse est aussi vrai : les expressions faciales informent le cerveau sur l’émotion ressentie et contribuent à accentuer l’humeur correspondante. Se forcer à sourire est un excellent moyen d’améliorer son humeur et de devenir un peu plus joyeux. 

7/ Verbaliser son ressenti : le simple fait de nommer une émotion permet de l’atténuer.

8/ En cas de crise d’angoisse "modérée" : celles-ci sont moins violentes mais peuvent durer plus longtemps. “L'objectif ici sera de sortir de ses pensées noires qui tournent en boucle et nous conduisent à ruminer. Pour stopper les ruminations il faut se changer les idées par l’action : activité physique, cuisine, appel vidéo avec un proche… tout est bon à condition que vous vous décrochiez de ces pensées dysfonctionnelles sources de stress."

9/ Quelques exercices : faites une introspection, développez votre capacité d’écoute, initiez-vous à la relaxation, pratiquez la visualisation mentale, agissez sur votre environnement    

               

                                                                  - voir les exercices -

Sources : Ouvrage Le décodeur des émotions, Yves-Alexandre Thalmann professeur en Psychologie

BD Art-Mella - Pixar Vice-Versa

ENVIE DE MIEUX VOUS CONNAITRE ?

 

TESTS :

Comment accueillir

une émotion

Rôle des émotions Spécial COVID comprendre et accompagner ses émotions Valérie ALEGRE Hypnose Psycho-énergétique 78